Billets de l'auteur : Skuitch


Le YikeBike est il un vélo électrique? (Histoire du Vélocipède)

 Pourquoi un article sur l’histoire du vélo et du vélo électrique?

 

Souvent quand nous roulons en ville, nous sommes accostés par des passants qui veulent en savoir plus sur le YikeBike…

 

Pour une meilleure compréhension de ce véhicule au design innovant nous le désignons comme un « vélo électrique pliant ». Et une fois sur deux nous sommes repris sur ce terme car le YikeBike ne possède pas de pédales. Ces pédales sont pour la majorité d’entre nous, l’attribut majeur qui permet à un deux roues d’être caractérisé comme « vélo ».

 

Cet article va nous permettre d’éclaircir la situation. « Mais alors le YikeBike, est-il réellement un vélo électrique pliant? »

Pour répondre à cette question, il faut étudier depuis le tout début l’histoire du vélo ou de son nom complet, le Vélocipède.

 

 

Histoire du Vélocipède, de la Bicyclette, du Vélo pliant et du VAE.

 

En 1817, un baron allemand Karl Friedrich Christian Ludwig,  dit Karl Drais invente une drôle de machine, la Laufmaschine (machine à courir) et lui donne le nom commercial de Draisienne. La volonté de Drais était de se déplacer plus vite qu’à pied en se fatiguant le moins possible, comme le YikeBike deux siècles plus tard! Il s’agit d’une machine composée de deux parties principales :

 

  • Un cadre en bois sur lequel on s’assoit et suffisamment bas pour que les pieds atteignent le sol et puissent propulser la machine.
  • Deux grandes roues en bois, celle de devant étant commandée par un timon directeur (ancêtre du guidon)

 

Velocipede


Illustration du Vélocipède originel.

 

Lors de la commercialisation de la Draisienne sur le territoire français en 1818, Louis-Joseph Dineur, avocat de Karl Drais dépose un brevet d’importation de 5 ans sous la dénomination « Vélocipède ». Le premier « vélo » est donc bien né sans aucune trace de pédales! Étymologie: Mot composé du latin, velox, velocis (« rapide, véloce ») avec le suffixe -pède : « aux pieds rapides »
(suite…)


La ville en Yikebike!

l’expérience de la ville en YikeBike  par un utilisateur régulier 

 

13.03.2014 par Sébastien Sainte Marie

 

Le YikeBike, TPE et vélo électrique pliant.

Avant de vous parler de mon expérience de la ville en YikeBike, je vais vous parler de transporteur  personnel électrique. Qu’est ce qu’un TPE? C’est un véhicule de transport alimenté par électricité, dédié aux déplacements urbains, tels le Segway, le Yikebike, le Solowheel, le Airwheel, le S-Walker, etc…
seine
Le problème de ces véhicules est qu’ils ne sont encadrés, aujourd’hui, par aucun cadre légal, seulement des recommandations du gouvernement pour circuler dans nos villes. Cela ne veut pas dire qu’ils sont interdits à la circulation, mais plutôt qu’à défaut de loi, il faut composer entre les pistes cyclables, les trottoirs et voies piétonnes, et les rues, en utilisant le bon sens. Cependant nous espérons que les autorités locales ou nationales vont donner un cadre légal à l’utilisation de ces véhicules sur la voie publique.

 

En effet, ces véhicules ont beau en être à leur prémices dans nos villes, ils peuvent parfaitement trouver une place de choix dans une catégorie inférieur à celle des deux roues motorisés de petite cylindrée sur les petits trajets (ces véhicules motorisés, scooter ou cyclos sont souvent pourvu de moteurs deux temps, parmi les plus polluants dans nos villes). Les comparer ou les mettre face aux vélos classiques est une erreur de jugement. Les gens qui veulent utiliser un vélo, et donc utiliser leur propre force motrice, ne se dirigeront pas vers les transporteurs personnels électriques. Le vélo ne sera pas en concurrence avec ces nouveaux moyens de transports. Les gens qui pourraient avoir un intérêt dans ce nouveaux types de véhicules sont identifiables:

 

  •  ne souhaitent pas utiliser de vélos
  • ne souhaitent pas louer de vélo’v ou autres vélib
  • souhaitent un engin motorisé
  • parcourent une distance entre 5 et 14 km A/R pour leur trajet maison/travail ou pour le complément de trajet entre les transports et leur destination.

 

Aujourd’hui, il y a une sorte d’incompréhension face à ce type de véhicules, et cela est bien dommage. Si je regarde du côté de ma ville, ne serait ce que dans l’article de Lyon Capitale sur le Yikebike qu’ils ont pu tester et présenter. Bien entendu il y a eu d’autres articles, comme celui de la Tribune, ou des  Mais nous allons déchiffrer cela ensemble.